Rechercher
Rechercher
Rechercher
Rechercher

Lisons la Bible !

On parle beaucoup du silence de Dieu… Quel paradoxe, quand on pense que la Bible nous offre plus de 35500 versets à lire, à étudier, à méditer. Dieu n’est pas silencieux ! Mais il a une façon divine de nous parler, qu’il nous faut découvrir, comme on apprend une langue étrangère. L’immersion est la solution !

Essayons de lire la Bible. Nous le savons : « Le Verbe s’est fait chair » (Jn 1,14), ce qui signifie que Dieu nous a révélé sa Parole. Le Verbe s’est aussi fait texte : la Bible c’est le Christ, ce qui explique que, dans la liturgie, on encense le Missel autant de fois que le Saint-Sacrement. Il y a dans la Bible une réelle présence de Dieu (même si évidemment ce n’est pas la « Présence réelle » de la Sainte Hostie). Et notre Dieu nous parle !

Avons-nous conscience que la lecture attentive de la Bible nous met vraiment en présence de Dieu ? Voici donc une proposition d’aide à l’étude priante de la Sainte Écriture, si possible hebdomadaire (ou même quotidienne ?).

1) Préparation

📖  Prendre sa Bible

Prendre une Bible (si possible avec des notes de bas de page), ou bien télécharger l’application « Bible » sur tablette ou smartphone :

    • Pour IPhone, cliquer ici
    • Pour Android, cliquer ici
    • Une fois l’application ouverte, cliquer sur l’icône Lire et télécharger la Bible Crampon : BCC 1923. Mobile et pratique, cette solution a l’inconvénient de présenter un texte sans divisions et sans notes.  

💡 Recommandé : prendre aussi un cahier, dans lequel on prendra des notes. Il existe des cahiers conçus pour cela, qu’on peut commander sur Internet (version version 1 / version 2 ). Il est bon de se munir aussi de stylos de différentes couleurs en fonction de ce qu’on écrit (une couleur pour un verset recopié, une autre pour une réflexion personnelle, une autre pour une prière que le texte nous inspire, etc…). Enfin il peut être utile de se procurer une Bible en gros caractères, pour utiliser des crayons de couleur (plutôt que des surligneurs, qui traversent le papier).

🙏  Se recueillir

  • 1 – Joindre les mains – fermer les yeux quelques instants – penser à Dieu.
  • 2 – Puis improviser une courte prière à l’Esprit Saint / ou bien lire ceci par exemple :

« O Saint Esprit, vous qui avez fait naître le Verbe de Dieu dans le sein de la Vierge Marie, venez en mon cœur pour le remplir du Seigneur. Donnez-moi le désir d’accueillir la Parole de Dieu, la sagesse pour la comprendre, et la volonté pour m’y conformer, avec le secours de la Très Sainte Vierge Marie. »

🔎  Choisir un texte

On peut prendre n’importe quel passage au hasard, mais mieux vaut commencer par une lecture suivie du Nouveau Testament (donc en commençant par St Matthieu).

Autre option : méditer dans son missel l’évangile du dimanche suivant (comme ça on pourra comparer notre analyse à celle du prêtre…😉).

On va lire une péricope : une unité littéraire, un épisode (en dessous d’un sous-titre en gras). Il ne faut pas trop de texte : pas plus de 20 versetsPar exemple : l’appel des disciples au chapitre 5 de Luc, les 11 premiers versets. Ou bien l’hymne à la charité dans la première épître de St Paul aux Romains (chapitre 13). Ou bien l’apparition de Dieu au Buisson ardent (Ex 3). Ou encore, la prophétie d’Isaïe sur l’Emmanuel ( Is 7,1-16)…

💡 Rappel : quand on lit Mt 6,11-13 cela signifie : Matthieu – chapitre 6 – verset 11 à 13.

2) Lecture

C’est bien sûr l’étape la plus importante.

  • Lire une première fois rapidement.
  • Lire une deuxième fois lentement.
  • Relire TRÈS lentement, une troisième fois, en s’arrêtant sur chaque mot.

 3) Etude

  1. Quel est le contexte ? Est-on au début, au milieu, à la fin du livre ? Lire les titres des passages précédents et suivants, pour se situer. Par exemple, le contexte est complètement différent dans la vie de Moïse (qu’on lit dans le deuxième livre de la Bible : l’Exode), dans le livre de Tobie, dans les évangiles, dans l’Apocalypse… Si possible, lire l’introduction que les traducteurs ont placé en tête du livre.
  2. se passe l’action ? Quand ?
  3. Y a-t-il des personnages ? Qui sont-ils ? Quelles différences entre eux ? Puis-je m’identifier à l’un d’eux ?
  4. Qui parle ? Distinguer éventuellement ce qui est dit par le narrateur (récit) et ce qui est dit par les personnages (monologue ou dialogue).
  5. Que font les personnages ? Leurs actes, leurs gestes… Positifs ? Négatifs ?
  6. Chercher les mots importants. Y a-t-il des mots qui reviennent plusieurs fois ? Eventuellement chercher le mot dans un dictionnaire biblique (taper le mot dans la colonne à droite).
  7. Réfléchir au moindre détail.
  8. Y a-t-il d’autres textes ou épisodes en rapport(Par exemple, la barque de St Pierre évoque l’arche de Noé ; ou bien, en lisant qu’Isaac porte le bois pour son sacrifice par Abraham on pense à Jésus portant la Croix…). 

4) Réception

  1. Quel est le message essentiel de ce passage ?
  2. Notez le verset qui vous semble le plus intéressant. Apprenez-le par cœur. Envoyez-le par courriel à… vous-même, pour le relire plusieurs fois dans la journée.
  3. Réception dans la Tradition : chercher un livre, un tableau ou une autre oeuvre en rapport avec ce texte. Remarquer les ressemblances et les différences. (par exemple : pour le récit de la Nativité).
  4. Improviser une petite prière de conclusion sur le thème du passage. Vous pouvez utiliser un des versets comme prière. Que voulez-vous demander au Seigneur après cette lecture ?

💡 C’est vrai : les débuts sont décourageants, car on manque de connaissances. Mais il faut PERSEVERER. A la longue, comme dans l’apprentissage d’un art ou d’un sport, on deviendra de plus en plus capable, et on fera des découvertes incroyablesPlus on lit, plus on est capable d’activer sa mémoire biblique et d’éclairer un passage par un autre.

Quelques sites utiles :

Conseils de lecture :

Pour aller plus loin :

Et enfin, un exemple impressionnant, et un peu humiliant pour nous autres catholiques : une jeune protestante américaine qui étudie sa Bible tous les jours…

Julien Green : “Chaque fois que je relis l’Evangile – je le redis et je le redirai – je me trouve devant un livre que je pensais bien connaître et qui est toujours neuf, avec de nouvelles surprises. Celles-ci sont toujours là dans toute leur fraîcheur. Tout y est vrai d’une manière inattendue. Le vrai est du vrai tout neuf. (…) Il n’y a que la Bible qui soit éternellement jeune, comme un torrent de montagne qui bondit depuis des milliers d’années. Non seulement elle est le plus jeune de tous les livres, mais elle est le plus récent, elle est en avance de tout ce qu’on n’écrira jamais. L’homme qui écrira dans mille ans est déjà en retard sur elle.”
Paul Claudel : “Quand je lis ces textes magnifiques, il me semble que mon souffle est suspendu… Mes cheveux se hérissent ! Il y a en moi une telle invasion de sentiment et d’intelligence que mon cœur s’arrête et que mon sang se fige dans mes veines. (…). Je respire Dieu et lui aussi me respire…”
Retour en haut

Abonnez-vous à notre newsletter,
et soyez informés des derniers articles parus.