Rechercher
Rechercher
Rechercher
Rechercher

La sanctification du foyer

Quand un foyer se sanctifie, il sanctifie les autres… De même que la force d’un bon exemple vaut tous les longs discours, certaines pratiques du culte visible du Christ dans nos maisons contribuent à christianiser la société toute entière.

 

Article paru dans Le Baptistère, n°8, juin-juillet 2004.

Des sacramentaux pour bénir le lieu de vie

Ainsi, le premier objet que les époux chrétiens introduiront dans une nouvelle demeure est le crucifix. Une place d’honneur doit lui être réservé, d’où il peut veiller sur toute la maisonnée, et lui donner sa bénédiction. S’il est dans la chambre à coucher des parents, il n’est peut-être pas inutile qu’il soit aussi dans le salon, et pourquoi pas au centre de l’oratoire familial, à l’endroit où l’on se réunit pour la prière du soir en famille… Il ne faut pas non plus négliger la place sociale de la croix du Christ, dans les « pièces publiques » de la maison, là où tous pourront la voir : le salon, la salle à manger, le bureau, le magasin, etc.

Les sacramentaux doivent également tenir une place d’honneur dans la maison, pour développer la piété et la confiance en Dieu. N’oublions ni le buis bénit, ni l’eau dans les bénitiers, ni les cierges – de Pâques ou de la Purification – ni même le sel exorcisé !

Bénédiction de la maison

Et comment négliger la bénédiction des lieux de la vie courante, et particulièrement la bénédiction de la maison ? L’Église veut par cette dernière « baptiser » la demeure de ses enfants, et ainsi attirer sur eux l’abondance des grâces divines. « Bénissez Seigneur, Dieu tout-puissant, cette maison, afin qu’y règnent la santé, la chasteté, la sainteté, la vertu, l’humilité, la bonté, ainsi que la douceur, l’observance de vos lois et l’action de grâces… » Et le prêtre parcourt toute la maison en aspergeant les pièces d’eau bénite… La bénédiction de la bibliothèque, du jardin, de la chambre nuptiale – plus particulière – ou celle de la nouvelle voiture – bien nécessaire pour être protégé des dangers de la route – peuvent compléter utilement cette cérémonie familiale.

Intronisation du Sacré-Cœur

Notons qu’aujourd’hui Dieu est banni de beaucoup de cœurs, de nombreuses familles, des institutions officielles, des associations, des organisations internationales, des pays… Tout foyer peut rendre au Sacré-Cœur, Seigneur et Maître de toutes choses, la place qui lui revient de droit, tant dans la vie individuelle et privée, que dans la vie familiale, sociale et politique : la première place. Pour cela, les papes ont recommandé l’intronisation du Sacré-Cœur dans les maisons. Le Christ lui-même l’a demandé à sainte Marguerite Marie en ces termes : « Je mettrai la paix dans leurs foyers. Je les bénirai dans toutes leurs entreprises. Je bénirai spécialement les maisons où l’image de mon Sacré-Cœur sera exposée et honoré. »

L’intronisation du Sacré-Cœur dans une maison est une cérémonie solennelle que le prêtre peut faire après la bénédiction de la maison, toute la famille étant rassemblée. Chacun s’engage par le texte de la consécration familiale à mener une vie foncièrement chrétienne, à accomplir fidèlement tous ses devoirs de catholique, à donner l’exemple des vertus et à avoir une dévotion particulière au Sacré-Cœur. Le cadre avec la belle image du Cœur de Jésus se donnant aux hommes est alors fixé à la place d’honneur, témoin visible de l’engagement de la maison à la suite du Christ.

Les événements de la vie familiale

Remarquons également que l’Église a entouré d’honneur tout ce qui touche à la famille et à la vie quotidienne des chrétiens. Elle a créé des rites et des prières pour solenniser et sanctifier les fiançailles, la maternité, les anniversaires familiaux, les maladies, pour bénir les enfants… Rien de ce qui touche à l’amour humain n’est vulgaire, rien n’est profane, tout intéresse le royaume de Dieu : tout de par la volonté du Christ devient ainsi instrument de sainteté.

La vie terrestre et le monde où nous vivons ont un sens que Dieu nous a révélé : « Que vous mangiez que vous buviez, ou toute autre chose que vous fassiez, faites tout pour la gloire de Dieu » (1 Cor. X, 31). La terre est le chantier où nous devons, non seulement par nos actes religieux, mais aussi par notre activité quotidienne sous toutes ses formes, travailler à construire le royaume de Dieu. Il n’est rien que la foi ne doive éclairer.

Présence familiale à Dieu

Alors, terminons en mettant tout sous la domination du Christ et de sa sainte Mère. Et avec l’excellente pratique du signe de croix fait par les parents sur le front de leurs enfants le soir avant de se coucher, la conclusion s’impose : Dieu est vraiment présent au quotidien dans cette demeure !

Retour en haut

Abonnez-vous à notre newsletter,
et soyez informés des derniers articles parus.