Rechercher
Rechercher
Rechercher
Rechercher

“Rien ne remplacera une église ouverte… mais il y a quelque chose à tenter !”

Bussy-Saint-Martin (Seine-et-Marne), église saint Martin
Parmi les dernières innovations d’internet, il en est une qui vaut la peine d’être saluée : les intelligences artificielles catholiques arrivent sur nos écrans. Parmi elles, CatéGPT se veut une initiative… traditionnelle au service de la nouvelle évangélisation. Rencontre avec l’un des fondateurs de l’outil. 
Claves.org : Une intelligence artificielle s’appuie nécessairement sur une vaste base de données : quelles sont les sources de CatéGPT ?

La principale question au début du développement de CatéGPT a été de décider sur quelles sources devait se fonder le robot pour ses recherches. Il s’agissait à la fois de cibler le plus précisément possible les textes qui devaient constituer la base de données de CatéGPT, sans pour autant se priver de documents qui pourraient enrichir les réponses. Nous avons dans un premier temps fait le choix de limiter nos sources aux sites du Vatican, sur lesquels sont archivés une quantité non négligeable de documents. 

Il s’agit en effet de la Bible, du Catéchisme de l’Eglise catholique, des principaux documents du magistère (Encycliques, Conciles, etc) et de la plupart des discours, actes et textes des papes contemporains. 

Pourquoi se limiter à ces sources institutionnelles ? N’est-ce pas prendre le risque d’un appauvrissement ?

En définissant précisément le cadre sur lequel l’intelligence artificielle doit effectuer son apprentissage, nous espérons pouvoir garantir une certaine orthodoxie de ses réponses, en conformité avec l’enseignement de l’Eglise.

Ceux qui ont déjà testé cet outil auront remarqué que nous essayons également d’insérer les explications des Pères ou des Docteurs de l’Eglise autour des thèmes abordés dans les questions. Malheureusement, contrairement aux sources primaires citées ci-dessus, il n’existe pas à notre connaissance de bases de données complètes qui les rassemblent en totalité. Ce point nécessitera à l’avenir un développement supplémentaire de notre part afin de compléter les sources que doit intégrer CatéGPT.

Quelle est la politique pour vous assurer du sérieux et de l’orthodoxie des réponses ? 

La cohérence et la fidélité des réponses avec l’enseignement de l’Eglise repose principalement sur cette idée de restreindre au maximum les sources du robot, tout en intégrant le maximum de documents possible. Notamment pour l’interprétation des Saintes Ecritures et certaines réponses autour de sujets actuels (bioéthiques, sociétaux, etc) ce cadre est très important pour ne pas donner des réponses qui sortiraient de la doctrine catholique.

Au-delà de l’orthodoxie des réponses, le sérieux des réponses est également une préoccupation, plus difficile à contrôler. Deux points vont exiger des améliorations de notre part. 

Tout d’abord la véracité des citations qui sont rapportées. Nous touchons là un problème bien connu de chatGPT lui-même, et qui vient de l’algorithme développé par OpenAI qui est utilisé par ce célèbre outil et que nous intégrons dans CatéGPT : l’intelligence artificielle comprend très bien le contexte de ce qui lui est demandé mais a la fâcheuse tendance à inventer des citations. Les citations fournies par CatéGPT peuvent sembler très crédibles et ne sont pas foncièrement fausses, mais peuvent ne pas correspondre exactement à ce qui a été écrit par l’auteur cité. Il faudra encore ajuster les choses au niveau des références fournies dans les réponses. L’algorithme pointe le bon document pour illustrer sa réponse mais oriente encore trop souvent vers des liens erronés, qui ne fonctionnent pas.

Notre deuxième préoccupation concerne la pertinence des réponses. Même si celles-ci seront la plupart du temps exactes, elles ne seront pas toujours celles qui seront données en premier par un théologien catholique. Ce problème pourrait venir de la limitation des sources, qui empêche le robot de cibler le document le plus approprié pour sa réponse : nous avons par exemple une certaine difficulté à obtenir une réponse thomiste à des questions que saint Thomas d’Aquin a lui-même posées dans sa Somme théologique. CatéGPT aura souvent tendance à donner une réponse citant de préférence saint Augustin. Ce biais pourrait venir notamment du fait que Benoît XVI a énormément cité saint Augustin durant son pontificat, dans des textes abondants, qui comptent pour une large part des sources principales de notre outil. Voilà qui pourrait expliquer une certaine hypertrophie augustinienne dans les réponses de CatéGPT à l’heure actuelle – qui n’est pas un parti-pris, car CatéGPT n’a pas d’école théologique sinon celle de l’Eglise catholique !

Pensez-vous faire de CatéGPT un outil d’évangélisation ? De formation chrétienne ? 

Dans un premier temps l’aspect ludique de CatéGPT peut pousser un certain nombre de personnes à chercher des réponses catholiques à des questions qu’ils n’auraient certainement jamais posées. Mais l’impact de CatéGPT selon cet aspect est encore limité. Pour être un véritable outil d’évangélisation il nous faut encore réfléchir pour trouver un moyen de généraliser son utilisation. C’est pourquoi nous développons une API[1]« Application Programming Interface » ou « Interface de programmation (applicative) » : une sorte de service qu’un logiciel ou une application fournit à d’autres systèmes du même … Continue reading destinée aux développeurs, pour que CatéGPT soit facilement intégrable sur des sites internet ou des applications mobiles.

En tant qu’outil de formation chrétienne nous touchons là la principale motivation qui nous a poussés à développer cet outil : découvrir et faire (re)découvrir les textes fondamentaux de l’Eglise. Nous constatons aujourd’hui une grande méconnaissance, même parmi les jeunes catholiques pratiquants, du catéchisme et des textes du magistère. Très peu sont ceux qui ont le réflexe ou même la curiosité d’aller consulter des encycliques pour se former. Qui connaît Rerum Novarum[2]de Léon XIII, le 15 mai 1891, première encyclique de Doctrine Sociale., Quas Primas[3]de Pie XI, le 11 décembre 1925, instituant la fête universelle du Christ-Roi., Divini Redemptoris[4]de Pie XI encore, le 15 mars 1937, condamnant le communisme., Humanae vitae[5]de Paul VI, le 25 juillet 1968, sur la vie humaine, la natalité et la contraception. et tant d’autres textes encore si actuels ? C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de référencer toutes nos réponses, afin de faire découvrir les textes au lecteur en l’invitant à aller les consulter directement.

Alors comment intégrer CatéGPT aux propositions chrétiennes déjà existantes (comme Claves par exemple) ?

Le développement d’un plugin est en cours afin de pouvoir intégrer facilement CatéGPT sur d’autres sites internet de formation chrétienne. Notre objectif est de nous tourner vers les diocèses ou les différentes plateformes cherchant à diffuser la doctrine catholique et de leur proposer d’utiliser notre outil parmi leurs offres. 

Nous abordons là un problème important : comment CatéGPT pourrait-il aider les personnes à entrer véritablement en contact avec l’Eglise ? Les orienter vers les pasteurs, les sacrements, la prière ? 

Il est vrai que nous touchons ici à problème bien actuel, très compliqué à résoudre en n’utilisant qu’exclusivement les outils numériques. Rien ne pourra remplacer une église ouverte dans laquelle un jeune se sentira appelé à entrer en passant devant, ou la rencontre fortuite avec un religieux. Mais il y a tout de même quelque chose à tenter du côté des réseaux sociaux et des outils technologiques. Cela rejoint le travail de plusieurs prêtres « influenceurs » qui commencent à percer sur les réseaux sociaux. Une communauté de jeunes d’horizons très divers se constitue petit à petit autour d’eux et ces prêtres (le frère Paul-Adrien, op., l’Abbé Matthieu Raffray, etc) ont déjà pu conférer le baptême à certains de leurs “followers” ou les accompagner vers le mariage. 

Nous ne manquons donc pas d’idées quant aux améliorations à apporter à CatéGPT afin d’en faire un véritable outil ecclésial : en fonction des questions posées rediriger l’utilisateur vers un influenceur catholique qui a déjà abordé le sujet, localiser géographiquement la requête sur le site pour donner des adresses de lieux de formations ou de groupes de prière à proximité, organiser de temps en temps des « live chat » avec des personnalités invitées à répondre à la place de CatéGPT, etc. Nous devons maintenant concrétiser ces idées pour profiter de l’aspect ludique de notre outil, et nous en servir comme accroche pour ensuite rediriger les utilisateurs désireux vers des intelligences non plus artificielles mais bien réelles et catholiques qui puissent les suivre et les accompagner dans leur vie de foi. 

La Croix, Aleteia… vous ont présenté à côté d’autres initiatives d’intelligence artificielle catholique (Catholic.chat, Magisterium AI) : quelle est la valeur ajoutée ou la marque de fabrique propre de CatéGPT ?

L’objectif principal de CatéGPT est de donner des réponses conformes à la doctrine catholique en s’appuyant spécifiquement sur les textes du Magistère. Aujourd’hui ces textes sont trop peu souvent cités ou consultés : soit volontairement pour tenter de changer la doctrine, soit par ignorance. Notre projet rejoint en cela la préoccupation d’une autre initiative, Magisterium AI. Le nom choisi pour ce site américain montre bien la légitimité de cette préoccupation et comment l’intelligence artificielle peut aider à y remédier. La troisième initiative que vous citez se limite au catéchisme, elle n’aborde pas le cadre plus large du Magistère.

Une particularité de CatéGPT, que l’on ne retrouve pas chez Magisterium AI, mais qui a été développé par catholic.chat, est  la possibilité de converser avec l’intelligence artificielle pour approfondir un sujet. CatéGPT donne une première réponse plutôt magistrale, en étudiant la question sous différents aspects, puis répond aux questions qui suivent de manière plus succincte et ciblée. Nous espérons, avec ce double mode de fonctionnement, donner la réponse la plus précise possible.

Une dernière particularité de CatéGPT est encore la volonté de faire découvrir l’enseignement des Pères et des Docteurs de l’Eglise. Nous recevons l’immense héritage de ces figures d’autorité, il peut être bon de se mettre à l’école de ces saints. De ce point de vue il nous reste encore beaucoup de travail, pour fournir plus de documents à l’intelligence artificielle afin de développer la réponse scolastique et patristique.

Comment les utilisateurs peuvent-ils aider CatéGPT à s’améliorer, à corriger ou préciser ses réponses selon leurs attentes ?

Pour le moment les utilisateurs peuvent eux-même essayer d’obtenir des réponses plus précises ou plus satisfaisantes en utilisant le mode “Discussion” que nous avons développé. A ce jour nous n’avons pas encore de système de retour d’information qui permette de faire remonter des erreurs ou des imprécisions, ni de possibilité pour l’utilisateur de choisir les sources qu’il voudrait voir consultées afin de construire la réponse. C’est un développement que nous pourrions envisager plus tard : proposer l’accès à une grande base de données, que l’utilisateur peut ensuite adapter selon ses besoins.

Références

Références
1 « Application Programming Interface » ou « Interface de programmation (applicative) » : une sorte de service qu’un logiciel ou une application fournit à d’autres systèmes du même ordre, en lui permettant d’intégrer ses propres fonctionnalités.
2 de Léon XIII, le 15 mai 1891, première encyclique de Doctrine Sociale.
3 de Pie XI, le 11 décembre 1925, instituant la fête universelle du Christ-Roi.
4 de Pie XI encore, le 15 mars 1937, condamnant le communisme.
5 de Paul VI, le 25 juillet 1968, sur la vie humaine, la natalité et la contraception.
Retour en haut

Abonnez-vous à notre newsletter,
et soyez informés des derniers articles parus.